• Conte du Derviche et du dormeur sous le pommier.

    -  Mevlana Rumi -

     

    Un dormeur dormait sous un pommier.

    A poings fermés. Même il ronflait. Sommeil profond.

     

    Non loin de la, sur son âne un Derviche avançait, tranquillement.

    Il avait aperçu déja le dormeur sous le pommier qui ronflait et dormait.

    Soudain il observa un serpent se faufiler prés du corps du dormeur...

    Il essaya d’accélérer son âne, mais le serpent glissait plus vite et en un rien de temps déja le serpent s’était introduit dans la bouche du dormeur qui continuait a ronfler, a peine dérangé par cet intrus...

    Le Derviche accouru prés du dormeur et sauta de son âne aussitot pour secouer le dormeur d’une façon énergique...

    “Réveille toi Frére.. réveille toi ..”

    L’autre complétement ahuri ne comprend rien...

    Le Derviche le secoue alors de plus en plus énergiquement, et le léve, le tape, le secoue, mais le dormeur reste ahuri.

    Alors le Derviche ramasse des pommes pourries qui jonchent le sol et les enfourne une a une dans la bouche du dormeur qui se réveille peu a peu... et le force a manger ces fruits infects... Le dormeur se réveille de plus en plus et se révolte se rebelle.. “Quoi ?? mais qui donc es tu toi ?? et pourquoi tu me traites ainsi?? et pourquoi me forces tu a manger cette pourriture???” arrive-t-il a marmonner entre deux tapes du Derviche.. entre deux bouchées de pommes pourries avalées par force...

    Le Derviche imperturbable continue le traitement sans pitié pour cet ignorant ébahi qui pourtant résiste et se débat..

    A présent le Derviche a attrapé l’homme et le fait tourner autour de l’arbre sans répit .. l’homme trébuche grogne râle et se plaint... “Mais que me fais tu faire donc toi ?? “ ... sans même l’écouter le Derviche tire pousse méne l’homme impuissant tout en le secouant toujours et le malmenant de plus belle...

     

    Enfin...l’homme s’écroule épuisé.. et il vomit.... le serpent.

     

    “Ah???? mais qu’est ce donc la ??? “ s’écrie- t-il éberlué ...” Cet animal empoisonné était donc dans mon ventre??? et tu m’as donné ce traitement de  chien pour le faire sortir de moi??? Ah ....mais qui es tu donc toi ???  Oh... que je me prosterne a Tes pieds... mon Sauveur” ..

     

    Mais le Derviche a déja repris sa route chevauchant son âne tranquillement.

     

     

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Ainsi de la Vie, Divine, qui parfois nous “malméne”.... pour enfin faire sortir de nous les “poisons” enfouis.... vision Yoguique ... vision Soufie..

    --------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Om Tat Sat


  •     

    Tiré de «  Essentiels de Rumi »07 ESSENTIELS DE RUMI - extraits des poemes de Rumi Mevlana Maître Sufi - Derviche tourneur-

     

    ***

    Bois toute ta passion

    et sois le scandale

     

    Ferme tes deux yeux

    pour voir avec l’autre œil

     

    Ouvre tes mains

    si tu veux être porté.

     

    Assieds toi dans le cercle

     

    ****

    Sois vide de tout soucis

    pense à qui créa la pensée !

     

    Pourquoi rester en prison

    La porte est grande ouverte !

     

    Sors du labyrinthe des peurs.

    Vis en silence

     

    ***

    L’enfant suit, sans savoir

    le goût du vin ou celui

    de l’ivresse.

    Tous sur cette planète, à part quelques uns,

    sont enfants.

    Aucun n’est adulte

    sauf ceux, libérés du désir.

     

    ***

     

    Si tu n’as pas laissé les jeux d’enfant,

    comment être adulte ?

    Sans la pureté de l’esprit, si tu es encore

    dans l’avidité, l’envie et autres désirs,

    tu es comme les enfants jouant au sexe,

    Ils luttent, jouent et se touchent,

    mais çà n’est pas du sexe

    Pareil pour les combats des hommes.

    Batailles de polochons ! de pistolets à eau !

    sans objet, ni sens, totalement futiles.

     

     

    ***

    Tes actions sont non-sens, le sexe, les guerres

    que tu

    fais.

     

    ***

     

    ***

    Respire …

    Des livres et des mots viennent les chimères,

    et parfois, des chimères naît l’union.

     

    ***

     

    Parti, dedans, dehors,

    ni lune, ni terre, ni ciel.

     

    ***

    Ce vin que nous buvons est notre propre sang.

    Nos corps fermentent dans ces tonneaux.

    Nous donnons tout pour un verre de ce vin.

    Nous donnons nos âmes pour une gorgée de vin.

     

    ***

     

    Des milliers de vins peuvent

    prendre nos âmes.

     

    Ne crois pas que tous les nectars

    se ressemblent !

     

    ***

     

    Toute chose, tout être

    est une outre emplie de merveilles.

     

    Sois connaisseur,

    goûte avec délicatesse.

     

    Tout vin peut t’élever

    choisis comme un roi, choisis le plus pur.

     

    ***

     

    La soif m’attira vers l’eau

    et je bus le reflet de la lune.

     

    ***

     

    Un, quand j’étais séparé de toi,

    ce monde n’existait pas,

    ni aucun autre.

     

    Deux, quoi que j’aie cherché,

    c’était toujours toi.

     

    Trois, pourquoi ai-je appris à compter jusqu’à trois ?

     

     

    ***

     

     

    ***

    C’est le schéma Maître Esclave

    dansant ensembles. Ce n’est pas Etre.

     

    Ni mot ni fait ne peuvent exprimer cela.

     

     

    ***

     

    Parfois, organisation,

    calculations tournent à l’absurde.

     

    ***

     

    Tard, seul , dans le bateau de ma vie,

    ni terre ni lumière alentour,

    épais manteau de nuages. J’essaie de rester

    juste au ras de la surface, mais déjà je suis dessous

    et je vis dans l’océan.

     

    ***

     

    Sois neige fondante,

    Lave toi de toi-même.

     

    ***

     

    Le corps est un outil pour calculer

    l’astronomie de l’esprit.

    Regarde dans ce laboratoire astronomique

    et deviens océanique.

     

    ***

     

    Tu embrasses une bouche merveilleuse, et une clé tourne le verrou de ta peur.

     

    ***

     

    L’ami entre dans mon corps

    cherchant le centre, incapable

    de le trouver, il sort une lame

    et lacère en tous sens.

     

    ***

     

    Sais tu ce que je fais ? sais tu que lors d’une ou

    une  demi respiration je m’appartiens ?

    Autant que le stylo sait ce qu’il écrit,

    ou que la balle sait où elle va.

     

    ***

     

    ***

     

    Depuis que j’ai été arraché de ce nid de roseau,

    j’ai poussé ce cri.

     

    Quiconque a été séparé de l’être aimé

    comprend ce que je dis.

     

    Quiconque a été arraché de sa source

    languit de la retrouver.

     

    En tout rassemblement je suis présent,

    me mêlant aux rires et aux peines,

     

    ami de chacun, mais bien peu

    entendront les secrets cachés

     

    au milieu des notes. Pas d’oreille pour çà.

    Le corps découle de l’esprit,

     

    l’esprit émane du corps :  imbrication

    non dissimulée. Mais il ne nous est pas donné

    de voir l’âme.      La flûte de bambou

    est feu, non vent. Sois vide, telle la flûte.

     

    ***

     

    En moi la soif inassouvie du poisson assoifé qui cherche

    toujours !

     

    ***

     

    Ce qui te fait mal te bénit.

    L’obscurité est ta lumière.

    Tes frontières sont ta quête.

     

    Je pourrais l’expliquer, mais cela briserait

    le couvercle de verre de ton cœur,

    on ne pourrait le réparer.

     

    ***

     

    Est- ce assez de mots,

    ou dois-je encore en extraire?

    Qui suis-je, ami ?

     

    ***

     

    Durant des années, j’ai mené ma propre existence fuyant le vide.

    Puis, un plongeon, un balancement des bras, et c’est fini.

     

     

     

     

    Libre de ce que j’étais, libre de présence, libre des dangereux espoirs et peurs, libre des désirs gros comme des montagnes…

     

     

    La montagne d’ici et maintenant est un minuscule bout de brin de paille

    qui a sauté

    dans le vide.

     

    ***

     

    Père et mère sont tes attachements aux croyances et stupidités

    aux désirs et habitudes, conforts.

     

    Ne les écoute pas !

    Ils semblent protéger,

    en fait ils emprisonnent.

     

    Ils sont tes pires ennemis.

    Ils te font craindre

    de vivre dans le vide.

     

     

    ***

     

    Quand tu es avec tous, sans moi,

    tu es seul.

    Quand tu es seul, et avec moi,

    tu es avec tous.

     

    Ne sois pas limité par tous !

    Sois tous !

    Devenant tous, tu es rien.

    Vide.

     

     

    ***

     

    La nourriture de l’amant est l’amour du pain,

    non le pain. Nul être  qui aime vraiment,

    aime l’existence.

     

     

    ***

     

    A un Egyptien, le Nil paraît sanglant,

    A un Israélite, il paraît clair.

    Une avenue pour l’un est un désastre pour l’autre.

     

     

    ***

     

    Ni Chrétien ni Juif ou Musulman

    Ni Hindou Soufi ou Zen. Aucune religion

     

    ou système culturel. Je ne suis ni de l’Est,

    ni de l’Ouest, ni issu de l’Océan,

     

    ni sorti de la Terre, ni matière ni éther, ni

    composé d’éléments. Je n’existe pas,

     

    ni ne suis une entité dans ce monde ou dans l’autre, ni ne descend d’Adam et Eve ni  d’aucune légende.

     

    Ma place est sans place, une trace sans trace.

    Ni corps ni âme.

     

    J’appartiens à l’être aimé, j’ai vu les deux mondes comme un, et ce monde, je l’appelle, et le connais,

    premier, dernier, dehors, dedans, seulement

    ce souffle qui anime l’humain.

     

    ***

     

    Viens à l’orchidée du Printemps.

    Lumières, vins, et amants y seront au milieu

    des fleurs de grenade.

     

    Si tu ne viens pas, çà ne fait rien.

    si tu viens, çà ne fait rien.

     

    ***

    Quel est celui qui arrivant assoiffé à la source

    y voit le reflet de la lune ?

     

    ***

    Le reste de ce poème est trop confus pour

    qu’ils le lisent.

     

    ***

     

    Qu’est la forme en présence de la réalité ?

    Très faible. La réalité tient le ciel retourné au

    dessus de nous tel un bol tournant. Qui tourne

    la roue céleste ? l’Intelligence universelle.

     

    ***

    Laisse l’amoureux être fou et sans grâce, distrait.

    L’autre, trop sérieux se perdra de soucis.

    Laisse l’amoureux

    être.

     

    ***

     

    Une nuit emplie de paroles qui blessent,

    mes pires secrets les plus enfouis. Tout a

    à voir avec aimer et ne pas aimer.

    La nuit va passer.

    Nous avons du travail

     

    ***

    Laisse toi silencieusement attirer

    par la force de ce que tu aimes réellement.

     

    ***

     

    Comment purifier l’eau sale? retourne la à la rivière.

    Comment purifier la vie sale ? reviens vers moi.

     

    ***

     

    Pâle la lumière du soleil,

    pâle le mur.

     

    L’amour s’en va.

    La lumière change.

     

    J’ai besoin de grâce, plus

    que je n’aurais cru.

     

    ***

    Nous devons fuir l’héroïsme et

    les descriptions de l’héroïsme.

     

    ***

     

    Le mystère ne s’éclaircit pas en répétant la

    question,

    Pas plus qu’il ne s’achète aux endroits extravagants.

     

    Tant que ni tes yeux ni tes désirs ne sont mis en sommeil pour cinquante ans,

    tu ne peux penser sortir de la confusion.

     

     

    ***

     

    Celui qui chante les louanges en fait se loue

    lui-même en disant implicitement,

    « mes yeux sont clairs »

     

    De même, celui qui critique se critique lui-même, disant implicitement, « je ne peux voir clair, si enflammés sont mes yeux »

     

     

    Point de tristesse pour celui qui se prend pour le soleil, cet autre fils, celui qui pourrit la fraîcheur.

     

    Point d’envie non plus envers celui qui veut être

    ce monde.

     

    ***

    Tu ne peux boire tout ce qui tombe ? que cela ne t’empêche de recevoir les gorgées d’eau de source.

    Si le noyau du mystère ne peut être atteint,

    du moins laisse moi toucher l’écorce.

     

    ***

    Le coq envieux, le paon prétentieux, le corbeau possessif, le canard pressé,

    Tue-  les et fais les revivre

    autrement, changés et

    bons.

     

    ***

    Une personne vraie est plus calme et mesurée.

    Il ou elle ne se soucie pas des interruptions.

     

    ***

     

    Il est un secret goût sucré dans le vide de l’estomac.

    Nous sommes des luths, ni plus ni moins.

    Si la caisse de résonance est emplie de matière, alors plus de musique.

    Si le cerveau et le ventre sont purifiés par le feu du jeûne, chaque moment offre

    un chant issu

    du feu.

    Le brouillard s’évapore et une nouvelle énergie te fait escalader les marches devant toi.

     

    ***

    Empli de nourriture et de boisson, une repoussante statue de métal se tient là où ton esprit devrait être. Quand tu jeûnes, les attitudes justes s’assemblent et te guident

    telles amies.

     

    ***

    Tu demandes à l’embryon pourquoi il ou elle reste coincé dans le noir les yeux clos.

    Ecoute la réponse.

    Il n’y a pas d’ « autre monde ».

    Je ne connais que ce que j’ai expérimenté.

    Tu dois halluciner.

     

    ***

    « de la même façon que tu ne peux t’approcher,

    je ne peux sortir ! »

     

    C’est ainsi que l’énergie animale devient monstrueuse et ruine la fraîcheur et la beauté

    de ta vie.

     

    ***

    C’est pourquoi tu vois les choses de deux façons.

    Parfois tu regardes une personne et tu vois

    un serpent cynique.

     

    Et quelqu’un d’autre y verra un joyeux amoureux

    et vous avez tous les deux raison !

     

    Chacun est moitié moitié,

    comme le bœuf noir et blanc.

     

    ***

     

    Vas-tu régulièrement voir en toi ?

    Ne cherche ni à justifier, ni à répondre

    rationnellement.

     

    Laissons nous mourir,

    et en mourant, répondre.

     

    ***

     

    Sais tu

    ce que tu es pour moi ?  Durant le jour,

    tu es mon énergie pour travailler. La nuit,

    tu es mon plus profond sommeil.

     

    ***

    « Voudrais tu un morceau d’argent maintenant ?

    Ô Seigneur de mon esprit, ou trois pièces d’argent

    au déjeuner demain matin ? »

    Le Soufi répondit,

    « J’aime la moitié de la pièce qui est déjà dans ma main depuis hier,

    plus que la promesse d’une pièce entière pour aujourd’hui,

    plus que la promesse de cent pièces pour demain. »

    Le Soufi est l’enfant du moment présent.

     

    ***

    Une main déplace nos cages d’oiseaux ici et là.

    Certaines se rapprochent, d’autres s’écartent,

    ne cherche pas à comprendre. Sois conscient de

    qui ou non te déplace

     

    ***

     

    Sois ferme, et la force viendra.

     

    ***

    Je suis en communication. Lis le reste de ce poème ce soir, dans le noir.

     

    ***

     

    Une certaine personne arriva à la porte de l’ami et frappa.

    « Qui est là ? »

    « C’est moi »

     

     

    L’ami répondit, « Va-t-en. Il n’y a pas de place pour la viande crue à cette table. »

     

     

    L’individu partit vagabonder un an durant.

    Seul le feu de la séparation peut changer l’hypocrisie et l’égo. La personne revint,

    à point,

    fit les cent pas devant la maison de l’ami,

    puis

    doucement, frappa.

     

    « Qui est là ? »

     

    «Toi »

     

     

    « Entre, mon double, je t’en prie,

    Il n’y a pas de place pour deux dans cette maison.

    L’extrémité fourchue du fil ne peut pénétrer le chat de l’aiguille.

    Seule la pointe unie du fil le peut,

    non un gros et bestial égo à bagages. »

     

    ***

     

    Il semble que tous les Saints hommes aient

    des doctrines et pratiques différentes

    en réalité, le travail est un.

     

    ***

    « Celui qui me maintient ici même est celui là qui te maintient au dehors.

    Celui-ci qui ne te laisse pas entrer, est celui là qui ne me laisse pas sortir. »

     

     

    ***

     

    Soudain, il se penche et murmure quelque chose

    à l’oreille du second roi,

    et ce deuxième,

    ce second roi devient lui aussi un vagabond.

     

     

     

    Ils partirent marcher hors de la ville, main dans la main. Sans ceinture royale, ni trône.

     

    C’est là le pouvoir de l’amour et cela continue.

     

    ***

     

    Ainsi ils marchèrent à travers la Chine, tels des

    oiseaux picorant quelque grain. Ils parlaient peu  à cause de la dangereuse gravité du secret qu’ils partageaient.

     

    ***

     

    Tout ce que veut le pouvoir en ce monde en fait

    est cette faiblesse.

     

    Alors les rois parlaient à voix basse, avec

    précaution. Seul Dieu sait ce qu’ils se dirent.

     

    Ils parlaient des mots impossibles. Langage des

    oiseaux. Mais quelques uns les imitèrent, apprirent quelques cris d’oiseaux et devinrent prestigieux.

     

    ***

     

    Tu es toute image, et pourtant

    J’ai le mal de toi.

     

    ***

     

    Qui voit dedans depuis dehors ?

    Qui trouve des centaines de mystères,

    même quand les esprits sont dérangés ?

     

    Regarde au travers de ses yeux ce qu’il voit.

    Mais alors, qui regarde avec ses yeux ?

     

    ***

     

    Touche ma peau, que je puisse être moi.

     

    ***

    La plupart des gens se protègent du feu

    pourtant finissent en lui.

     

    ***

     

    Ecoute les présences dans les poèmes,

    Laisse les t’emmener où elles veulent.

     

    Suis ces allusions secrètes

    et ne quitte jamais la demeure.

     

    ***

     

    Soumets toi à une pratique quotidienne.

    Ta loyauté envers elle est un

    anneau à la porte.

     

    Continue de frapper à la porte et la joie, à l’intérieur enfin ouvrira  une fenêtre

    et regardera au dehors qui est là.

     

    ***

     

    Reviens, mon ami ! la forme de notre amour

    n’est pas une forme.

     

    Rien ne peut mieux m’aider que cette beauté.

    C’était l’aube, je me souviens

     

    lorsque mon âme entendit quelque chose

    de ton âme. J’ai bu l’eau

     

    de ta source et j’ai senti

    le courant m’emporter.

     

    ***

     

    Les conseils n’aident pas les amants !

    Ils ne sont pas ce courant de montagne

    sur lequel tu peux bâtir un barrage.

     

    Un intellectuel ne sait pas

    ce que l’ivrogne ressent !

     

    N’essaie pas d’imaginer

    ce que ceux éperdus d’amour

    vont faire !

     

    ***

               

    Je t’ai vu et devins vide.

    Ce vide, plus beau que l’existence,

    occulte l’existence, pourtant quand il est là ,

    l’existence brille et se décuple !

     

    ***

     

    ***

     

    Rendre grâce, c’est vénérer

    la voie de l’abandon

    au vide.

     

    ***

     

    Nous entendons rarement la musique intérieure,

    pourtant tous nous dansons à son rythme,

     

    ***

     

    Quand je suis avec toi, nous veillons toute la nuit. Quand tu n’es pas là, je ne peux me coucher.

     

    ***

     

    Finalement les amants ne se rencontrent nulle part. 

    Ils sont l’un en l’autre, ensembles.

     

    ***

     

    Nous sommes tout à la fois le miroir et le visage dans le miroir.
    Nous prenons le goût de cette minute d’éternité.

    Nous sommes la peine et ce qui guérit de la peine.

    Nous sommes l’eau fraîche et douce et la jarre qui la verse.

     

    ***

     

    Je veux te tenir serré, comme un luth,

    ainsi nous pouvons pleurer en nous aimant.

     

    ***

     

    L’amour disparaît dans le ciel. Le mental, pour apprendre ce que les hommes ont fait et ont essayé de faire.

    Les mystères n’ont pas à être dévoilés. L’œil devient aveugle

    s’il veut seulement voir pourquoi.

     

     

    ***

     

    S’il est quelque gentillesse en l’ivrogne,

    elle se verra dans son ivresse.

    Mais si en lui sont cachées colère et

    arrogance

    celles- là se dévoileront,

     

     

    et comme ainsi sont la plupart des gens,

    le vin est interdit à tous.

     

     

    ***

     

    Au jour de la Résurrection, ton corps témoigne

    contre toi.

    Tes mains disent, « J’ai  volé de l’argent. »

    Tes lèvres, «  J’ai dit des insanités. »

    Tes pieds, « Je suis allé où je n’aurais pas dû. »

    Ton sexe, « Moi aussi. »

     

    ***

     

    Cet endroit est un rêve.

    Seul le dormeur le voit réel.

     

    Ainsi lorsque la mort survient telle l’aurore,

    tu t’éveilles en riant

    à ce que tu pensais être ta souffrance.

     

    ***

     

    Nous avons commencé minéraux,

    avons évolué végétaux, puis animaux,

    et sommes ensuite devenus humains,

    et toujours nous avons oublié nos états antérieurs,

    sauf au début du printemps, lorsque

    indistinctement

    nous nous sentons à nouveau jeune pousse.

     

    ***

     

    Notre âme incarnée veut être rassurée.

    Le père rigoureux veut la spirituelle clarté.

     

    Il gronde, mais finalement

    te mène à l’ouverture.

     

    Prie pour un instructeur ferme

    qui t’écoute, agit et reste avec toi.

     

    ***

     

    Dans ta lumière, j’apprends comment aimer.

    Dans ta beauté, comment écrire des poèmes.

    Tu danses en ma poitrine,

    où personne ne te voit,

     

    mais parfois je te vois,

    et cette vision devient cet art.

     

    ***

     

    Quand l’océan déferle,

    laisse-moi faire plus que l’écouter.

    Laisse la vague inonder ma poitrine !

     

    ***

     

    Je suis empli de toi.

    Peau, sang, os, cerveau, âme.

    Nulle espace pour doute ou confiance.

    Rien dans cette existence, que cette existence.

     

     

    ***

     

    Donne aux plus beaux les miroirs,

    et laisse les tomber amoureux d’eux-mêmes.

     

    Ainsi ils polissent leur âme

    et enflamment les mémoires des autres

     

    ***

     

    Rien n’est pire que se contenter de

    ce que l’on est.

    Plus que tout, l’auto complaisance

    est obstacle à l’adresse.

     

    ***

     

    Tu as vu le troupeau de chèvres

    descendre vers la rivière.

     

    La chèvre boiteuse et rêveuse

    traîne à l’arrière

    Les autres s’en soucient,

    mais à présent elles en rient,

     

    parce que, regarde, au retour,

    c’est cette chèvre –là qui mène !

     

    Il existe différents types de savoirs.

    Celui de la chèvre boiteuse en est un,

    qui ramène aux racines de la présence.

     

     

    Prends la leçon de la chèvre boiteuse,

    et mène le troupeau à la maison.

     

     

     

    ***

     

     

     

    Ton intelligence est toujours avec toi,

    supervisant ton corps, même si

    tu n’en as pas conscience.

     

    Si tu agis à l’encontre de ta santé,

    à la fin ton intelligence va gronder.

     

    ***

     

    Le mouvement de ton doigt

    n’est pas séparé de ton doigt.

     

    ***

     

    Donne ta faiblesse

    à celui qui aide.

     

    ***

     

    Cà n’est pas moi qui suis glorifié lors des rituels.

    ce sont les prêtres ! Je n’entends pas les mots

    qu’ils prononcent. Je regarde en dedans, l’humilité.

     

    ***

     

    Si l’être aimé est partout,

    l’amant est un voile,

    mais lorsque Vivre,  en soi, devient

    l’Ami, l’amant disparaît.

     

    ***

     

    Une histoire est comme l’eau

    que tu chauffes pour ton bain.

     

    Elle prend les messages entre le feu

    et ta peau. Elle les unit,

    et te nettoie !

     

    ***

     

    Il est deux sortes de gens sur le chemin

    Ceux qui viennent

    contre leur gré, les gens aveuglément religieux,

    et

    ceux

    qui obéissent à l’amour. Les premiers ont des

    arrières pensées.

    Ils veulent la sage femme près d’eux car elle

    leur donne

    le lait.

     

     

    Les autres aiment la beauté de la nurse.

     

    Les premiers mémorisent les textes éprouvés

    conformes,

    et les répètent. Les autres se dissolvent

    dans tout ce qui les mène à Dieu.

     

    Les deux sont tirés de la source.

    mus par la guidance supérieure

    et aimés du bien aimé

     

    ***

     

    Amis parfois sont ennemis,

    et ennemis parfois sont amis.

     

    ***

     

    Il y a deux sortes d’intelligences : l’une,

    acquise,

    dans l’enfance, à l’école, les faits mémorisés, et

    les concepts

    tirés des livres, ce que dit le professeur,

    collecte des informations des sciences traditionnelles

    comme des sciences modernes.

     

    Avec cette intelligence, tu t’élèves dans le monde,

    tu te place devant ou derrière les autres,

    en fonction de ta compétence à garder

    l’information.

    Tu navigues avec cette intelligence, ici et là, dans divers domaines de connaissances, toujours acquérant

    plus de points sur des tablettes rassurantes.

     

    Il y a une autre sorte de tablette, une qui est déjà complète, formée et préservée

    à l’intérieur de toi

    Une source débordant de tout.

    Une fraîcheur

    au centre de ta poitrine.

    Cette autre intelligence

    ne jaunit ni ne stagne. Elle est fluide,

    et ne vient pas des conduits de

    plomberie- apprentissage exterieurs.

     

    Cette seconde connaissance

    est une fontaine

    issue de toi, sortant de toi.

     

    ***

     

    ***

     

    A grande vitesse ils se joignirent.

    Lorsque les corps s’accouplent

    les esprits aussi s’unissent.

     

    ***

     

    Les théologiens marmonnent et sermonnent

    nécessité et libre arbitre

    pendant qu’amant et aimé

    s’entremêlent l’un l’autre

     

    ***

     

    L’un ayant ouï de l’amour extase

    sans en connaître le goût, interrompt le banquet.

     

    ***

     

    Comme tu fais l’amour,

    Ainsi sera Dieu avec toi.

     

     

    ***

     

    Dis lui, un arc qui s’abandonne est plus précieux

    que cent empires, il est en soi un royaume.

     

    ***

     

    Tu pourrais avancer sur un chemin sans aile, être

    nourri sans manger, être roi sans trône.

     

    Sans plus être asservi à la chance, tu serais

    la chance elle-même.

     

    si tu voulais te réveiller, laisser les marchands à

    leurs commerces, et comprendre que ta propre essence est ta richesse.

     

     

    ***

     

    Joue tout pour l’amour

    si tu es un réel être humain.

     

    Si non, alors

    quitte ce rassemblement.

     

     

    ***

     

     

     

    ***

     

    Mohammed a dit

    « L’amour pour son pays

    fait partie de la foi. »

    Mais ne le prends pas au pied de la lettre !

    Ton vrai « pays » est celui où tu vas,

    non celui où tu es.

    Comprends bien cette parole.

     

    ***

    Ne regrette pas ce qui s’est passé. C’est passé,

    laisse passer, n’essaie même pas de

    le rappeler !

     

    ***

     

    Evidemment à la fin, le filet est refermé sur lui,

    et lui allongé dans le terrible « lit poêle à frire » pense

    « si je sors de là,  jamais plus je ne vivrai dans les

    limites d’un lac. La prochaine fois, l’océan !

    Je ferais de l’infini ma maison. »

     

    En moi, une centaine d’êtres placent leurs doigts sur les lèvres et disent :

    « çà suffit maintenant. SHHhhhhhh »

    Le silence est un océan.

    Les rivières sont des discours.

     

    ***

     

    Durant toute notre vie,

    nous avons regardé le visage des autres,

    et encore aujourd’hui.

     

    Comment gardons nous notre secret d’amour?

    Nous parlons de sourcil à sourcil

    et écoutons avec nos yeux.

     

     

    ***

     

    Je chercherai l’Ami avec toute ma passion et

    toute mon énergie, jusqu’à ce que je comprenne

    que je n’ai plus à chercher.

     

    ***

     

    Mais savoir dépend du temps passé

    à regarder !

     

    ***

     

    ***

     

    Tu as peur de perdre quelque position élevée.

    Tu crois y gagner quelque chose,

    mais cela vient d’ailleurs.

    L’existence apporte cette amusante farce,

    te fait

    espérer en une source, et te satisfait

    en une autre,

    elle te laisse sidéré, dérouté,

    n’ayant plus qu’à donner ta confiance à

    l’invisible expansion.

     

    ***

     

    Ceux qui héritent de richesses

    ne connaissent pas le travail pour l’obtenir.

     

    ***

     

    Les rossignols sont mis en cages

    car leurs chants sont plaisants.

    A – t- on jamais vu un corbeau en cage ?

     

    ***

     

    Quand la lumière revient à la source,

    elle ne prend rien de ce qu’elle a

    illuminé.

     

    ***

    Le vin que Dieu aime,

    c’est l’honnêteté humaine.

     

    ***

     

    « Dalquak, dis ce que c’est ! »

     

    «  J’étais loin de la cour lorsque j’ai entendu que tu avais besoin d’un coursier, quelqu’un qui puisse aller à Sarmacand et revenir en cinq jours. »

     

    «  Oui ! »

    «  Je me suis précipité pour venir te dire

    que je ne pourrai être ce coursier. »

    «  Quoi ? »

    «  Je n’ai pas l’endurance, ni l’agilité.

    n’attends pas de moi que je sois celui-là »

     

     

    ***

     

     

    ***

     

    Avec les gens décevants, couvre la jarre et

    protège là.

    Mais reste calme avec ceux  ui sont dans la  dualité.

    Parle doucement et raisonnablement.

    La patience polit et purifie.

     

    ***

     

    Le serpent est ton animal- âme. Chauffé par ton

    Energie- Vouloir et son air brûlant, dressé par l’appât du pouvoir et des richesses,

    il ne fera que de monstrueux dégâts.

    Laisse le dans les montagnes enneigées.

    N’espère pas l’opposer au calme

    ou à la douceur des souhaits.

     

    ***

     

    Je suis une vache, ou les chardons aimés des

    chameaux. Ceux qui m’insultent ne font que

    polir mon miroir.

     

    ***

     

    Apprends d’Ali comment

    combattre sans ton ego.

     

    Le Lion de Dieu ne fit rien

    qui ne vint

    de son centre profond.

     

    Une fois, lors d’une bataille nocturne, il avait

    rapidement sorti son épée et prit

    l’avantage,

    L’homme vaincu au sol cracha au visage d’Ali.

    Ali abaissa son épée, se relaxa et aida l’homme à ses pieds.

     

    « Pourquoi m’as-tu épargné ? 

    Comment l’éclair est il sorti du nuage ?  Parle

    mon Prince, afin que mon âme

    s’éveille en moi

    telle une graine. »

     

    Ali était calme et enfin répondit,

    « Je suis le Lion de Dieu, non le Lion de la passion.

    Le Soleil est mon Seigneur. Je n’ai aucun désir

    sauf pour mon Seigneur.

    Lorsque je sens le souffle d’une réaction individuelle

    je le laisse passer.

     

     

    Il en est de nombreux, souffles de colère, souffles d’envie, souffles d’avidité. Ils brassent du déchet autour de nous, mais la solide montagne de notre vraie nature reste où elle a toujours été.

     

     

    Il n’y a rien d’autre que les

    divines qualité.

    Viens voir l’ouverture en moi.

     

    Ton impudence fut meilleure que mille révérences car en ce moment

    tu es moi et je suis toi.

     

    Je te donne ce cœur, ouvert comme cadeau de Dieu :

    Le poison de ton crachat et devenu

    le miel de notre amitié. »

     

    ***

     

    Amour terrestre, Amour spirituel, tout amour est

    de là bas et quoi que j’essaie de dire pour expliquer

    l’amour est embarassant !

    Parfois des commentaires éclairent,

    mais avec l’amour, le silence est CLAIR.

    Un stylo écrivait écrivait écrivait, mais lorsqu’il essaya d’écrire l’amour, il se cassa.

    Si tu veux explorer l’amour, prends ton mental, dépose le dans la boue.

    Il est inutile.

     

    ***

     

    Tout amour basé sur la beauté physique

    n’est pas amour.

     

    ***

     

    S’il l’on n’est point reconnaissant à cela, alors on reçoit en retour ce que l’on ressent.

    La forme est le miroir de ma colère, de mon avidité, de ma peur.

    Fais la paix avec l’univers, trouve la joie en lui.

     

    ***

     

    Ton intellect est fragmenté en mille paillettes d’or éparpillées sur de multiples matières.

    Tu dois les rassembler afin que la marque Divine

    puisse être imprimée en toi.

     

    ***

     

    « De l’eau ! de l’eau ! là-bas ! là-bas ! »

    C’est ce « là-bas » qui maintient endormi.

    Dans le futur, dans la distance, tout n’est

    qu’illusion.

    Goûte l’ ici et maintenant de Dieu.

     

     

    Cette soif présente est ta réelle intelligence.

    Pas cette éclaircie de miséricorde qui va et vient.

    Les discours meurent et finissent dans la tombe.

     

    Cette joie contemplative, non.

    La connaissance scolaire est vertige d’une

    popularité fatiguée.

     

    Ecoute, c’est mieux.

     

    ***

     

    Ce qui s’en va, revient.

    Nous ne nous sommes jamais quittés.

     

    ***

     

    En compagnie tu escalades plus vite.

     

    Tu peux être heureux seul sur la route,

    mais avec d’autres tu vas plus loin, plus vite.

     

    ***

     

    Restez ensembles, amis,

    Ne vous dispersez pas,

    ne vous endormez pas.

    Votre amitié est faite

    de cet éveil.

     

     

    ***

     

    La plupart de nos pensées vont vers le passé ou le futur.

    Avant de creuser la mine, ils pensent aux pièces d’or. Avant les vendanges, ils pensent à l’ivresse.

     

    En Juillet, ils pensent à Décembre.

     

     

    ***

     

    ***

     

    Le Prophète Mohammed a dit,

    « Il n’est de meilleur compagnon sur ce chemin que ce que tu fais. Tes actions sont tes meilleures amies.

    Ou si tu es cruel et égoïste, elles seront un serpent empoisonné qui t’emmène au tombeau. »

     

    Mais dis moi, peux-tu faire

    un bon travail sans professeur ?

    Peux-tu seulement savoir ce qu’il est sans la présence d’un Maître ?

    Regarde comme la moindre activité de la vie demande quelque instruction.

    En premier vient la connaissance.

    Ensuite faire le travail. Et bien plus tard,

    peut être après ta mort, quelque chose grandit, de ce que tu as semé.

     

    Cherche aide et guidance

    dans tout art que tu apprends. Cherche

    un professeur

    généreux, un qui s’est imbibé de la tradition qu’il vit.

     

     

    ***

     

    Ne nourris pas les deux aspects de toi- même de façon égale.

    L’esprit et le corps portent différentes charges et demandent différentes attentions.

    Trop souvent nous jetons des bâts chargés sur Jésus, et laissons

    l’âne courir en liberté dans le pré.

     

     

     

    Ne donne pas à faire au corps,

    ce que l’esprit réussit mieux, et ne charge pas

    l’esprit d’une charge

    que le corps pourrait porter.

     

    ***

     

    Regarde comme la caravane de la civilisation

    s’est faite piéger.

    Partout des fous sont aux commandes.

    Ne reste pas solitaire comme Jésus.

    Sois dans les assemblées,

    prends-les en charge.

     

    ***

     

     

    ***

     

    Une des qualités de Dieu est la délibération.
    Jette un bout de quelque chose à un chien.

    Il va le renifler pour décider s’il le veut.

     

     

    Sois aussi prudent.

    Renifle avec ton nez de sagesse.

    Sois clair, et ensuite, décide.

     

    ***

     

    Nous sommes l’océan de la nuit

    emplis d’étincelles de lumières. Nous sommes

    l’espace entre le poisson et la lune,

    pendant que nous sommes assis là,

    ensembles.

     

    ***

     

    Qu’est ce qui a le plus de valeur ?

    Une foule de milliers, ou ta réelle solitude ?

    La liberté, ou le pouvoir sur une nation entière ?

     

     

    Un petit moment de solitude dans ta chambre

    se révèlera plus précieux que tout ce qui pourrait t’être donné.

     

    ***

     

    Ce que nous avons maintenant n’est

    pas imagination.

     

    Ce n’est ni

    peine ni joie.

     

    Ni  jugement,

    ni élévation,

    ni tristesse.

     

    Cela va,

    et vient.

     

    Mais la présence,

    elle, reste.

     

     

    ***

     

     

     

    ***

     

    Cela,

    ce que nous sommes maintenant,

    a créé notre corps cellule après cellule

    comme des abeilles construisant une ruche.

     

     

     

    Le corps humain et l’univers sont venus de

    cela,

    non l’inverse.

     

    ***

     

    Je marche dans un pâturage immense,

    Mon lait nourrit des milliers d’êtres.

     

     

     

    Chacun fait cela à sa façon

    sachant que les décisions conscientes

    et la mémoire personnelle

    sont bien trop étroites pour vivre,

    Chaque être humain vole la nuit

    dans un nulle part d’amour, ou s’absorbe dans

    le travail durant le jour.

     

     

    ***

     

    Un mouvement secret en nous

    fait tourner l’univers.

    La tête inconsciente des pieds,

    les pieds inconscients de la tête.

    Aucun ne se soucie.

    Cà continue de tourner.

     

    ***

     

    Marche vers le puits.

    Tourne comme la terre et la lune tournent,

    entourant ce qu’elles aiment.

    Tout ce qui tourne vient du centre.

     

     

    ***

     

    Il n’est pas de plus haut amour que l’amour

    sans objet, pas de travail plus satisfaisant que

    le travail sans propos.

     

     

     

     

     

     

    Si tu pouvais abandonner ruse et intelligence,

    çà serait la ruse la plus intelligente !

     

    ***

     

    La vraie valeur vient avec la folie.

    Le fou en bas, le scientifique en haut.

     

    Qui que ce soit qui trouve l’amour

    au-delà de la peine et la douleur

     

    se dissout dans le vide

    avec mille nouveaux costumes

     

     

    ***

     

    Danse quand tu es ouvert.

     

    Danse quand tu as déchiré les liens.

     

    Danse au milieu du combat.

     

    Danse dans ton sang.

     

    Danse quand tu es parfaitement libre.

     

     

    *** fin     ..... sans fin ...................

    07 ESSENTIELS DE RUMI - extraits des poemes de Rumi Mevlana Maître Sufi - Derviche tourneur- 

     


  •  

     

    VOICI UN LIEN PERMETTANT DE TELECHARGER OU D ACHETER UN FILM MAGNIFIQUE SUR SAT CHANDI MAHA YAJNA - CELEBRATION PRENANT PLACE A RIKHIA TOUS LES ANS SELON LE SOUHAIT DE PARAMAHAMSA SATYANANDA -

    LE LIEN ICI

    LOVE AND THE ART OF GIVING - C'EST LE FILM -

    SIMON EUGENE - LE CREATEUR -

    BRAVO ET MERCI

    OM SHANTI


  • INTRODUCTION a la PERMACULTURE  BILL MOLLISON extraits

    Toutes choses par un pouvoir immortel

    de prés ou de loin
    de maniére secréte
    les unes aux autres sont reliées
    si bien que tu ne peux cueillir une fleur
    sans troubler une étoile 

     

     INTRODUCTION a la PERMACULTURE  BILL MOLLISON extraits


    Francis Thompson


  • INTRODUCTION a la PERMACULTURE  BILL MOLLISON extraitsLA TERRE A RECU LES BAISERS DU SOLEIL ET NOUS VERRONS BIENTOT LES FRUITS DE CET AMOUR

     

    Regardez mes fréres, le printemps est venu,

    La Terre a reçu les baisers du Soleil

    et nous verrons bientôt les fruits de cet amour.

     

    Chaque graine est éveillée et de même tout animal en vie,

    C’est a ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi,

    notre existence.

     

    C’est pourquoi nous concédons a nos voisins, même animaux,

    autant de droit que nous d’habiter cette Terre.

     

    Cependant écoutez moi mes Fréres,

    nous devons a présent compter avec une autre race,

    petite et faible quand nos péres l’ont rencontrée pour la premiére fois,

    a présent, tyrannique.

     

    Fort étrangement ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol,

    et le besoin de posséder est chez eux une maladie.

     

    Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser,

    mais non les pauvres.

     

    Ils prélévent des taxes sur les pauvres et les faibles

    pour entretenir les riches qui gouvernent.

     

    Ils revendiquent notre Mére a tous, la Terre,

    pour eux seuls:

     

    Et ils se barricadent contre leurs voisins.

     

    Ils défigurent la Terre avec leurs constructions

    et leurs rebuts.

     

    Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort du lit

    et détruit tout sur son passage.

     

    Sitting Bull – Sioux Hunkpapa.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique